mardi 21 mars 2017

Sandra Mehl

"Checkpoint Chronicle"   En février 2014, l’association israélienne B’Tselem comptabilisait près de 99 checkpoint israéliens fixes : 59 situés le long des limites de la Cisjordanie et de Gaza, et 40 à l’intérieur des Territoires palestiniens. La traversée des checkpoint est, pour des dizaines de milliers de palestiniens, une expérience quotidienne. Points de passage des palestiniens qui se rendent en Israël, ils sont essentiellement franchis pour des raisons économiques, religieuses, et médicales. En 2014, le Bureau international du travail évaluait, en effet, à près de 100 000 le nombre de palestiniens travaillant dans l’économie israélienne avec ou sans permis. Dès 3h du matin, ils sont alors des milliers à attendre devant l’entrée des principaux checkpoint de Qalandiya, de Bethlehem et de Qalqilya, pour rejoindre leurs lieux de travail en Israël. Quand vient le mois du ramadan, des milliers de palestiniens musulmans se rendent également de l’autre côté du mur de séparation, sur l’Esplanade des mosquées de Jérusalem, pour aller prier sur ce qu’ils considèrent comme le 3eme lieu saint de l’islam.  Pour autant, les checkpoint ne sont pas de simples lieux de passage. Mais aussi et surtout des territoires d’attente, de frictions, et de contrôle où le temps et l’espace échappent à ceux qui les traversent. Le théatre d’un assujettisement silencieux quotidien, où la même épreuve se reproduit chaque jour, inlassablement.
Je vous ai mis son site



















Pin It