dimanche 2 septembre 2018

Galerie Au Bonheur du Jour - Gaston Goor .

"Gaston Goor (1902-1977) Livres - Peintures - Dessins 1930-1977" Nouvelle exposition de Nicole Canet avec la présentation d'une cinquantaine d’œuvres très diverses : allégories, paysages, dessins pour l'Exposition coloniale de 1937. Né à Lunéville le 26 octobre 1902.  1919 : Beaux-Arts de Nancy  1925 : s’installe à Paris et entre à l’atelier de Ozenfant (fondateur avec le Corbusier de « l’Esprit nouveau ») 1926 : Visite à Versailles, « …qui me ramène au classicisme » 1927-1928 : Rencontre de André Gide qui le dirige vers l’illustration de livres (une quarantaine de livres aux éditions du Capitole (dont A. Gide et L. Daudet)  vers 1930 : Il participe à la fondation du salon de peinture  » les surindépendants » Il réalisa des décorations dans divers lieux : l’usine des montres Lip à Besançon, le magasin de décoration Jansen rue Royale à Paris, des projets de maquette pour la mythique montre suisse Cyma Brévannes. Il rencontra le maréchal Lyautey au Maroc qui lui commanda des dessins pour l‘Exposition coloniale de 1937. Il eut beaucoup de demandes pour des décorations de villas, de restaurants, de sujets religieux pour des églises. Il réalisa, entre autres, la sculpture d’un sphinx pour l’héroïne de la Belle et la Bête, Josette Day.  Et bien sûr, pour son plaisir, il dessine des corps de garçons parfois dans de magnifiques paysages méditerranéens, d’autres s’amusant entre eux allégrement avec toute la fraîcheur des adolescents à l’érotisme presque naïf des corps baignés par la mer et le soleil, dans le goût du peintre Henry Scott Tuke, en passant par le joyau que sont les pastels pour Musa Païdike (la muse garçonnière), qu’il réalisa vers 1950.    Quelques illustrations de livres :  L’étoile du soir de Montherlant. La muse garçonnière (Peyrefitte), Les contes de Boccace, Restif de la Bretonne, l’ingénu et la religieuse de Diderot, les amitiés particulières de Peyrefitte, etc… 1932 – 1960 : importante relation avec l’écrivain Renaud Icard, ami d’André Gide. En 1934, Gaston Goor rencontre Renaud Icard (écrivain, sculpteur), lequel tient une galerie « L’Art Francais » à Lyon, et qui expose 19 de ses œuvres. Il vit à cette époque de diverses commandes : vases pour la Manufacture de Sèvres, portraits de particuliers, décorations pour des villas, des hôtels et des restaurants.  À partir de 1952, Goor séjourne plusieurs années en Angleterre. Son travail s’articule autour de décorations en divers genres. Il participe en 1954 à une exposition dans une galerie de Londres.  De retour à Paris en 1966, il retrouve Roger Peyrefitte qui devient son mécène. Il lui commande huit panneaux de porte en trompe l’œil, représentant des adolescents qui folâtrent. Peyrefitte lui présente des amis pour lesquels il exécute des peintures et des sculptures.  C’est vers 1974 que Goor se retire à la campagne près de Hyères. Il peint jusqu’à la fin de ses jours en 1977 A voir du 26 septembre au 29 novembre 2018
Je vous ai mis le site











Pin It

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de signer vos messages....
Drop me a line...
Emmanuel.