vendredi 20 juillet 2018

Et hop !











Pin It

Thobias Malmberg

"Polaroids"
Je vous ai mis son site












Pin It

jeudi 19 juillet 2018

Love etc...
















Pin It

mercredi 18 juillet 2018

Ed Clark

"Paris" 1998 - "Paris" 1993 - "Paris Gothic" 1993 - "Montmartre" 1993
Je vous ai mis son site




Pin It

mardi 17 juillet 2018

C'est l'été !












Pin It

Fondation de l'Hermitage - Manguin, la volupté de la couleur

"Manguin, la volupté de la couleur"   La Fondation de l’Hermitage de Lausanne en Suisse,  présente une grande exposition consacrée à Henri Manguin (1874-1949), retraçant les premières années du parcours artistique de cet amoureux de la couleur, surnommé le « peintre voluptueux » par Apollinaire. L'accent est mis sur la période fauve, durant laquelle Manguin accompagne et parfois même précède les audaces de ses amis peintres, en quête de nouveaux moyens expressifs par le biais de la couleur. Offrant de somptueuses harmonies chromatiques, les toiles de cette époque témoignent d'un talent et d'une inventivité rares. A voir jusqu'au 28 octobre 2018
Vidéo: https://youtu.be/n3gADgRTbAw
Je vous ai mis le site
 





Pin It

lundi 16 juillet 2018

Troy Schooneman










"Sans titre"
Je vous ai mis son site

Pin It

dimanche 15 juillet 2018

Laure Prouvost - Ring, Sing and Drink for Trespassing -

"Ring, Sing and Drink for Trespassing" À l’occasion de sa première exposition personnelle dans une institution parisienne, Laure Prouvost propose une échappée, tant géographique que mentale. Transformant les lieux avec une scénographie originale dont le dessin global évoque tant un œil grand ouvert qu’un sein, elle conçoit dans le même temps divers recoins, testant la curiosité du visiteur et l’invitant à s’y aventurer. Multipliant les points de vue avec générosité et humour, Ring, Sing and Drink for Trespassing est une ode aux chemins de traverse et au dépassement des limites, à la joie de se faufiler à travers un grillage pour découvrir un terrain vague, ou un jardin merveilleux aujourd’hui abandonné, au fond duquel l’artiste aurait trouvé un laboratoire biologique dystopique oublié.  Faisant fi de l’accès habituel, un couloir incurvé invite à pénétrer dans l’espace. D’abord recouvert de tapisseries, ce couloir se transforme en treillis métallique entrelacé de branchages et d’éléments hétéroclites (rétroviseurs, framboises, collages, coupures de presse, vases fessus…) : on passe ainsi d’objets manufacturés à des traces de forêts – premier signe que la nature reprend ses droits, mais aussi que le monde extérieur vient se nicher dans les interstices du lieu. L’artiste sort aussi de sa zone dédiée pour disséminer ses étranges messages ailleurs dans le bâtiment : « IDEALLY THIS PLANT WOULD GROW BOOBS AND PRODUCE MILK » [Idéalement cette plante aurait des seins et produirait du lait], « IDEALLY HERE WOULD BE A SMALL CRACK IN THE WALL YOU COULD PASS THROUGH » [Idéalement ici se trouverait une fissure dans le mur que vous pourriez traverser]…Au coeur de l’exposition, une fontaine – symbole de féminité et d’énergie vitale tout en évoquant formellement le sein nourricier – crée une zone de fraîcheur et de légèreté. L’architecture forme une assemblée circulaire, lieu de rencontre pour les visiteurs qui pourront y faire une pause après avoir découvert les panoramas atypiques imaginés par l’artiste. Inspirée par le réchauffement climatique et les aberrations de la nature qui en résultent, Laure Prouvost propose sa version d’un « jardin d’Éden à Tchernobyl « Ring, Sing and Drink for Trespassing » nous invite à explorer et célébrer l’ambiguïté, mettant en scène des oeuvres (inédites pour la plupart) pleines d’éléments disruptifs, nous obligeant sans cesse à reconsidérer notre point de vue et notre compréhension des choses. Comme une mise en abyme, l’artiste présente une nouvelle vidéo, utilisant pour son tournage des éléments également présentés dans l’exposition.  Familière de la prosopopée et conteuse horspair, Laure Prouvost nous invite à participer, à dialoguer avec ses créations et à voir le monde autrement, mettant en avant l’hybridation des formes et des espèces ainsi que la propagation de ses oeuvres dans l’espace. Dans la lignée des mots-valises chers à Lewis Carroll, Laure Prouvost joue avec le langage en l’utilisant comme outil pour l’imagination. Elle crée ainsi des objets-valises : personnages métalliques anthropomorphes à tête-écran plat, branchages à excroissances mammaires ou implants fessiers, fruits et légumes dopés aux OGM (ou tout simplement à l’imagination de l’artiste), entre autres. C’est ainsi que pénétrer dans son exposition, en poussant une porte entrebâillée ou en traversant un couloir, nous fait passer de l’autre côté du miroir. A voir jusqu'au 9 septembre 2018
Je vous ai mis son site
Pour celui du Palais de Tokyo, c'est ici: http://www.palaisdetokyo.com/fr



Pin It

Bonne journée à vous tous !













Pin It

samedi 14 juillet 2018

A demain ...













Pin It

Et hop !








Bon, il faut arroser ce jour ci ! …





Pin It

Vive la France !












Pin It

Et hop !















Pin It

Cecil Touchon

"Peintures"
Je vous ai mis son site








Pin It

Kazuo Shiraga 白髪一雄

"Sans titre"
Je vous ai mis un lien

Pin It

Xanda McCagg

"Bare" 2013
Je vous ai mis son site

Pin It

Henri Matisse

"Portrait de l'artiste avec son chien" 1930
Je vous ai mis un lien

Pin It

Pierre Jacob









On regarde....
"Trajectoires 2017" de Pierre Jacob
Reportage de l'exposition de croquis de Pierre Jacob, octobre 2017
Vidéo: https://youtu.be/UqJf8vvNitI
Je vous ai mis son site

Pin It

Et hop !











Pin It

Angèle








On ne rate pas...
Angèle - La Thune
Musique: https://youtu.be/m3YX8zlR4BU
Je vous ai mis son site

Pin It