vendredi 19 mai 2017

Trisha Groves

En Angleterre, l’émission de télévision "Come Dancing" a marqué l’après-guerre et la sortie d’une époque rude. Pendant une cinquantaine d’années, de 1950 à 1998, elle n’a jamais été déprogrammée. Grâce à ce programme, le dit "good dancing" est devenu un loisir extrêmement répandu à travers les comtés du pays. Ces compétitions de danse entre amateurs montraient le désir d’évasion et de distraction des danseurs, heureux d’exhiber des tenues excentriques et rigoureusement "fait main". Au-delà du côté kitsch du phénomène, la photographe Trisha Groves était surtout fascinée par le contraste entre le quotidien de ces personnages, leurs difficultés de tous les jours dans un pays à reconstruire, leur condition sociale, et le monde de strass et paillettes dans lequel ils aimaient se réfugier dans leur temps libre. Pour Vice, la photographe revient sur cette série exceptionnellement touchante et sincère, drôle et amère, qui nous rappelle ce qu’a été l’Angleterre de Thatcher.
Je vous ai mis son site










Pin It